Godefroid Camauër (1821-1884) : un artiste au cœur de la cité - II

II. Vie et œuvre musicale

Naissance de Godefroid Camauër à Bergen op Zoom

31/05/1821

Godefroid Matthieu Julien. Né à huit heures du soir. Fils du contrôleur des impôts (controleur der directe belastingen der 1ste klasse) Pieter Joseph Camauër et de Cornelia Levina Lambersij, Godefroid est le septième enfant d'une fratrie qui en comptera neuf (dont deux décédés en bas âge). Son père, Pieter Joseph, était un mélomane et un musicien amateur doué. ("Zijn vader, groot liefhebber der toonkunst, was een sterk geoefend muzieklezer." - Tilburgsche Courant n°1660 - 2 september 1883)

Naissance d'Émilie de Francquen à Huy

10/11/1822

Naissance de Caroline Émilie, fille de Florent Adrien de Francquen (Inspecteur des Eaux et Forêts) et de Jeanne-Sainte Sclain (rentière). 4e enfant d'une fratrie de 4. Future épouse de Godefroid.

Premiers pas musicaux de Godefroid

1824

Né dans une famille de mélomanes, Godefroid est initié à la musique dès son plus jeune âge et excelle dans ce domaine. NB/date approximative

Naissance de Henri François Joseph Camauër [F]

06/02/1824

N°8 de la fratrie. Illustration : Ivan JABLONKA, « L’amour maternel au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23 février 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/amour-maternel-xixe-siecle ; artiste : Berthe Morisot

Naissance de Paulina Maria Apollonia Camauër [S]

31/05/1826

N°9 de la fratrie. Illustration : Ivan JABLONKA, « L’amour maternel au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23 février 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/amour-maternel-xixe-siecle ; artiste : Berthe Morisot

Naissance de Marguerite Pélagie Préalle à Huy

10/09/1826

Fille de Jérôme Adolphe Préalle (distillateur) et de Marie Catherine Wéry. Pélagie sera la deuxième épouse de Godefroid, après le veuvage de celui-ci.

Le Lion de Waterloo posé sur son piédestal

28/10/1826

La Butte du Lion ou Monument de Waterloo, constitué d'un imposant tertre de terre surmonté d'un colossal Lion Belgique (Leo Belgicus), est un monument érigé en 1826, pour éterniser la gloire nationale, sur le site de la bataille de Waterloo, à Braine-l'Alleud, à la demande du roi Guillaume Ier des Pays-Bas, afin de marquer l'endroit présumé où son fils aîné, le prince Guillaume II, a été blessé à l’épaule à la fin de la bataille.

Premières expériences photographiques par Niépce

1827

Entre le solstice d'été et la fin juillet 1827, Nicéphore Niépce réalise la photographie intitulée le "Point de vue du Gras", prise depuis la fenêtre de sa maison de Saint-Loup-de-Varennes, près de Chalon-sur-Saône. Il utilise pour cela une plaque d’étain et du bitume de Judée, provenant de l'asphalte des mines de Seyssel (Ain). Après avoir reconstitué le procédé dans les années 1990 et, en s'appuyant sur les témoignages d'époque, J.-L. Marignier a estimé que le temps de pose avait dû être de plusieurs jours.

Premier concert de Godefroid

1827

Selon certaines sources*, Godefroid aurait donné son premier concert à l'âge de 6 ans. *Sources en question : E. Grégoir, Galerie biographique des artistes musiciens belges du XVIIIe et XIXe siècle, Bruxelles, Schott Frères, 1862, p.30-31 - A. Pougin, Supplément à la Biographie universelle des musiciens (de Fétis), Paris, 1878-1880,, vol. I, p.142. Illustration : Portrait de Henri Vieuxtemps enfant, source : http://connaitrelawallonie.wallonie.be

Révolution de Juillet en France et monarchie constitutionnelle

27/07/1830  —  29/07/1830

Révolution des "Trois Glorieuses", les trois journées des 27, 28 et 29 juillet 1830, qui aboutit à un nouveau régime : la "monarchie de Juillet", qui succède à la Seconde Restauration. Charles X (qui avait succédé à son frère Louis XVIII à la mort de ce dernier) et sa famille fuient Paris. Après quelques jours d'hésitation, les députés optent finalement pour une monarchie constitutionnelle plus libérale et un changement de dynastie : la Maison d'Orléans (branche cadette des Bourbons) succède à son aînée. Le Duc d'Orléans est proclamé "Roi des Français" (et non plus "Roi de France"), sous le nom de Louis-Philippe Ier. Illustration n°1 : © Wikimédia Commons

La Révolution de Juillet échauffe les esprits en Belgique

30/07/1830  —  25/08/1830

Les semaines qui suivent en France les Trois Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1830) sont émaillées en Belgique d'incidents mineurs (lecture publique des journaux français, agitation lors de la représentation de l'opéra d'Auber "La Muette de Portici", tracts, affiches et graffitis antigouvernementaux, trouble de l'ordre public par des groupes isolés, port de rubans tricolores, rumeurs à propos de projets séditieux). Les autorités gouvernementales prennent diverses mesures de prudence (interdiction de "La Muette de Portici", renforcement des garnisons, annulation de l'exercice de la garde communale de Bruxelles, du feu d'artifice et des illuminations prévus pour l'anniversaire du roi).

Représentation de l'opéra "La Muette de Portici"

25/08/1830

Le 25 août 1830, à l'occasion de l'anniversaire du Roi des Pays-Bas Guillaume Ier (!), la représentation de l'opéra "La Muette de Portici" au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles est exceptionnellement autorisée. Ce sera l'élément déclencheur de la révolte. Des "Vive la liberté !" retentissent et des incidents éclatent à l'issue du spectacle.

Révolution belge

26/08/1830  —  1831

La révolution belge de 1830 est la révolte, contre le roi des Pays-Bas Guillaume Ier, de plusieurs provinces du Sud du royaume, suivie de leur sécession, donnant ainsi naissance (grosso modo) à la Belgique que nous connaissons aujourd'hui. Illustration n°1 : Épisode des journées de septembre 1830 où l'on reconnaît Louis de Potter embrassant le drapeau belge, Gustave Wappers (1834), musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Création du Royaume de Belgique

1831

Décès de Johanna Catharina Quenhorst [GMM]

23/06/1831

Johanna Catharina Quenhorst, veuve de Cornelis Lambersij et originaire de Middelburg, vivait à Halsteren (Bergen op Zoom) avec sa fille Cornelia Levina, son gendre Pieter Joseph Camauër et leurs enfants. Elle est le seul grand-parent que Godefroid ait connu.

Prestation de serment de Léopold Ier, Roi des Belges

21/07/1831

Le 21 juillet devient le jour de la fête nationale belge. Illustration : Egidius Karel Gustaaf Wappers (1803-1874)

Campagne des Dix-Jours

02/08/1831  —  12/08/1831

Guillaume Ier des Pays-Bas a vécu la sécession de la Belgique comme un échec personnel. Lorsque qu'il apprend l'élection du Prince Léopold de Saxe-Cobourg comme Roi des Belges, il décide d'envahir la Belgique. Après plusieurs victoires des troupes néerlandaises, Léopold Ier appelle en renfort la France : l'Armée du Nord arrive dès le lendemain, commandée par le Maréchal Gérard. Un cessez-le-feu est signé le 12 août. L'armée du Maréchal Gérard interviendra une deuxième fois en novembre, à Anvers.

Mariage de Léopold Ier avec Louise-Marie d'Orléans

09/08/1832

Roi des Belges depuis un an, Léopold Ier épouse la Princesse Louise-Marie d'Orléans, fille du Roi des Français Louis-Philippe et de la Reine Marie-Amélie. Exactement un an après l'intervention de l'armée française en Belgique, cette union scelle l'amitié entre les deux pays voisins. Les Français interviendront d'ailleurs une deuxième fois au mois de novembre.

Siège d'Anvers

15/11/1832  —  23/12/1832

À la suite de la Campagne des Dix-Jours, les troupes néerlandaises occupaient toujours Anvers. Le 15 novembre, l'Armée du Nord, toujours commandée par le Maréchal Gérard, intervient une deuxième fois et met le siège devant Anvers. Il y a de nombreuses victimes dans la population civile. Pendant ce temps, la jeune armée régulière belge défend les digues de l'Escaut, au Nord d'Anvers, pour empêcher les Hollandais de les faire sauter. Le siège durera 24 jours, jusqu'à la capitulation néerlandaise. Ill. 1 : "Siège de la citadelle d’Anvers". Au centre de la toile, les deux fils aînés du Roi Louis-Philippe, le Duc de Nemours (en rouge) et le Duc d'Orléans (barbu, à droite de Nemours) avec le Maréchal Gérard (à droite d'Orléans), ministre de la guerre. Huile sur toile d'Horace Vernet commandée en 1840 par le roi Louis-Philippe pour le Musée de l'Histoire de France à Versailles. Ill. 2 : Monument rappelant le souvenir des soldats français morts durant le siège de la citadelle d'Anvers en 1832.

Naissance du mouvement des "Orphéons"

1833

Le compositeur et pédagogue Louis Bocquillon dit Wilhem (1781-1842) crée le néologisme d'orphéon pour désigner le chœur d'enfants qu'il a formé et qu'il réunit dans une société chorale à Paris. Les "sociétés chorales", "sociétés orphéoniques" ou "orphéons" seront un véritable phénomène social international. Ce mouvement musical et festif connaîtra un énorme succès tout au long du XIXe siècle, et jusqu'à la première guerre mondiale. Concours internationaux, expositions universelles, défilés, fêtes populaires, festivals : les orphéonistes sont de tous les grands rassemblements. Les choristes se déplacent d'une ville à l'autre, et même souvent à l'étranger, pour y rencontrer leurs homologues et s'affronter lors de concours très prisés du public. En 1853, Godefroid créera un orphéon dans sa ville d'adoption, Huy : la Société d'Amateurs. Illustration : Les orphéons espagnols et français chantent ensemble aux fêtes de Saint Sébastien, le 29 août 1886 (La Ilustración Española y Americana).

Naissance de Charles-Wilfrid de Bériot à Paris

12/02/1833

Fils du compositeur et violoniste belge Charles-Auguste de Bériot (cousin de Florent de Francquen) et de la célèbre artiste lyrique Maria Malibran. Charles-Wilfrid sera un pianiste virtuose et sera le professeur de piano de Maurice Ravel. Il sera également proche de Godefroid Camauër fils (Godefroy), qui naîtra 12 ans plus tard et ira s'installer à Paris après ses études de droit.

Décès de Léonard Camauër [F] à Bergen op Zoom

10/05/1834

Frère de Godefroid (n°4). Décède à l'âge de 18 ans. Illustration : Cénotaphe non officiel de Mozart dans le cimetière St Marx à Vienne : la stèle est une colonne brisée (Wikipédia - Colonne brisée)

Chemins de fer : inauguration de la ligne Bruxelles-Malines

05/05/1835

Le 5 mai 1835, Léopold Ier inaugure la première ligne de chemin de fer du pays : une ligne de train à vapeur pour voyageurs, reliant Bruxelles et Malines. Le roi ne sera pas du voyage vers Malines : on considérait alors ce déplacement comme trop risqué pour sa sécurité. Ligne de l'État, Bruxelles-Malines (puis Bruxelles-Anvers) sera la première en Europe continentale, avec trois classes tarifaires. La jeune Belgique, qui existe depuis 5 ans, investit résolument dans le chemin de fer qui doit favoriser son indépendance vis-à-vis des Pays-Bas, ce que le réseau de voies navigables hérité du royaume d'Orange ne permettait pas.

Décès de "la Malibran"

23/09/1836

Célèbre cantatrice (mezzo-soprano) française d'origine espagnole, née en 1808. Épouse du compositeur et violoniste Charles-Auguste de Bériot, cousin de Florent de Francquen. Illustration n°1 : Charles-Auguste de Bériot devant le buste de Maria Malibran (Bibliothèque du Conservatoire royal de Bruxelles). Illustration n°2 : l'hôtel particulier du couple à Ixelles (Bruxelles), aujourd'hui maison communale d'Ixelles

Déménagement de la famille Camauër à Tilbourg

16/05/1837

À la fin de sa vie, la ville de Tilburg (Tilbourg en français) organisera un concert en l'honneur de Godefroid. Illustrations 1 et 2 : Heuvelstraat à Tilburg (très probablement le quartier où vivait la famille Camauër). Illustration 3 : la gare de Tilburg (datant de 1863, donc bien postérieure à l'installation du jeune Godefroid et de sa famille)

Décès de Josepha Christina Camauër à Tilbourg [S]

11/10/1837

Soeur de Godefroid (n°3). Décède à l'âge de 22 ans. Illustration : https://www.auction.fr

Invention du daguerréotype

19/08/1839

Jacques Louis Daguerre est associé à Nicéphore Niépce depuis 1829. Après le décès de ce dernier en 1833, il poursuit le développement de son invention. Le 19 août 1839, lors d'une séance officielle à l'Institut de France, Daguerre divulgue le premier procédé photographique auquel il donne son nom : c'est la naissance du daguerréotype. (Ce n'est que quelques années plus tard que la paternité de l'invention sera rendue à Niépce.)

Chemins de fer : inauguration de la première ligne néerlandaise

20/09/1839

Inauguration de la première ligne de chemin de fer néerlandaise : Amsterdam-Haarlem

Le jeune Godefroid quitte sa famille pour aller étudier à Liège

25/09/1839

anecdote droit / conservatoire de musique ; Illustration : © Musée national de la Voiture et du Tourisme, Palais de Compiègne ; NB/date approximative (peu avant la rentrée académique ?)

Entrée au Conservatoire de Liège

01/10/1839

À 18 ans, Godefroid entre au Conservatoire Royal de Musique de Liège (sous le nom de Frédéric Camauër, peut-être pour ménager, dans un premier temps, sa famille qui le destinait à des études de droit... ?) Il étudie sous la direction de Joseph Daussoigne-Méhul et où il décroche en moins de deux ans le prix de piano, tout en perfectionnant l'étude du violon et de l'harmonie. NB/date approximative (rentrée académique 1839)

Premières compositions de Godefroid

01/12/1839

Les premières compositions sont signées "Frédéric Camauër", nom sous lequel il s'était inscrit au Conservatoire de Liège. NB/date approximative (dernier trimestre 1839). Durant ses études, Godefroid est accueilli à Liège par la famille Delloye, avec laquelle sa famille est en lien, probablement par l'intermédiaire de l'évêché. Les Camauër sont catholiques, or l'église catholique de Bergen op Zoom dépend de l'évêché de Liège. Le jeune étudiant donne des cours de piano à deux filles de ses hôtes : c'est ainsi que ses premières compositions sont dédiées à "Mesdemoiselles Clémentine et Joséphine Delloye".

Nomination au poste de Maître de Chapelle à la Collégiale de Huy

1840

En 1840, Godefroid est nommé Maître de Chapelle à la Collégiale de Huy. C'est dans cette ville qu'il passera le reste de sa vie. Il est rapidement nommé professeur de musique dans différentes écoles. Il donne également des cours gratuits de solfège et s'emploie à former les jeunes au chant choral. Dès 1841, il fonde un ensemble vocal, la Société Lyrique.

Adriaan Camauër embarque pour les Indes néerlandaises [F]

02/09/1840

Abdication de Guillaume Ier des Pays-Bas

07/10/1840

Contesté sur divers points de sa politique, Guillaume Ier abdique pour pouvoir se remarier avec la femme de son choix, une dame catholique et wallonne, Henriette d'Oultremont. Le roi Guillaume Ier aura jeté les bases de la prospérité économique de la Wallonie. Il a favorisé l'installation d'industriels, tels que John Cockerill, et amélioré les voies navigables par le creusement de canaux, tels que le canal Bruxelles-Charleroi. Il a également fondé l'Université de Liège, première université wallonne, en 1817.

Intronisation de Guillaume II des Pays-Bas

28/11/1840

Adriaan Camauër arrive à Batavia [F]

20/03/1841

Il est affecté au 5e Bataillon d'Infanterie, au sein de l'Armée royale des Indes néerlandaises (KNIL).

Chemins de fer : Bruxelles-Mons

19/12/1841

Inauguration de la ligne Bruxelles-Mons, première étape vers la liaison Belgique-France qui sera réalisée en 1842.

Chemins de fer : la Belgique devient un carrefour international

1843

Première liaison ferroviaire internationale Liège - Aix-la-Chapelle. La ligne Liège - Verviers - Welkenraedt - frontière prussienne est construite, avec 20 tunnels ferroviaires ! À cette époque, la ligne bifurquait vers Eupen, en territoire prussien, et continuait vers Aix-la-Chapelle par ce qui s'appelait la Vennbahn. Avec le point d'accès de Quiévrain, il était désormais possible d'effectuer le trajet complet Paris-Bruxelles-Liège-Cologne, offrant à la Belgique le statut de carrefour international.

Mariage de Godefroid avec Émilie de Francquen

06/05/1844

Fille de Florent de Francquen et de Jeanne-Sainte Sclain. Mariage civil à Gand, où Émilie étudie (probablement à l'école des Beaux-Arts). Mariage religieux à Huy (La Sarte).

Naissance de son fils Godefroid

01/04/1845

Naissance de Godefroid Émile Louis Florent. À l'état-civil, son prénom est orthographié "Godefroid" comme celui de son père, mais il semble que par la suite il ait préféré l'orthographe "Godefroy". Illustration n°1 : Ivan JABLONKA, « L’amour maternel au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 10 février 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/amour-maternel-xixe-siecle ; artiste : Eugène Carrière

Chemins de fer : première liaison Paris-Bruxelles

14/06/1846  —  15/06/1846

Inauguration de la première liaison entre Paris et Bruxelles via Valenciennes et Mons. Les fils du Roi des Français Louis-Philippe, le Duc de Nemours et le Duc de Montpensier, prennent, avec bien d’autres personnalités, l’un des trois trains qui, pour la première fois, vont relier deux capitales européennes. Il y aura deux trains par jour entre Bruxelles et Paris : celui du matin effectue le trajet en 12h30, celui de nuit en 14h00. Illustration : La première gare du Nord vue en 1846: c’est ce que l’on appelle une gare « Orangerie » car son style évoque celle du château de Versailles. Le quartier est encore quelque peu « à la campagne » avec une place boueuse en terre battue, et, au loin, des maisons villageoises au pied de la butte de Montmartre.

Naissance de son fils Armand

31/12/1846

Armand Joseph Jean; Illustration n°1 : Ivan JABLONKA, « L’amour maternel au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 10 février 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/amour-maternel-xixe-siecle ; artiste : Eugène Carrière

Zénobe Gramme à Huy

1848

Zénobe Gramme (né à Jehay en 1826) suit des cours du soir à l’École industrielle de Huy tout en travaillant comme apprenti chez un menuisier de la région. Il sera fait citoyen d'honneur de la Ville de Huy. Illustration : Monument et buste de Zénobe Gramme © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam

Troisième révolution française : proclamation de la Deuxième République

22/02/1848  —  25/02/1848

Une troisième révolution se déroule à Paris du 22 au 25 février 1848. Sous l'impulsion des libéraux et des républicains, une partie du peuple de Paris se soulève à nouveau et parvient à prendre le contrôle de la capitale. Le roi Louis-Philippe est contraint d'abdiquer en faveur de son petit-fils, Philippe d'Orléans, le 24 février 1848. Le même jour, dès 15 heures, la Deuxième République est proclamée par Alphonse de Lamartine, entouré des révolutionnaires parisiens. Vers 20 heures, un gouvernement provisoire est mis en place, mettant ainsi fin à la Monarchie de Juillet.

Louis-Napoléon Bonaparte premier Président de la République

20/12/1848

Élu Président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte prête serment à la Constitution devant l'Assemblée constituante le 20 décembre 1848.

Naissance de son fils Jules

08/03/1849

Jules Corneille Adrien, qui deviendra avocat au barreau de Dinant et l'une des figures de proue du Parti Catholique de cette ville, et qui sera également un publiciste* prolifique et passionné ; mon arrière-arrière-grand-père ! *publiciste : journaliste, essayiste ou chercheur qui écrit et publie des chroniques ou autres textes engagés sur la vie politique et sociale (usage vieilli). Illustration n°1 : Ivan JABLONKA, « L’amour maternel au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 10 février 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/amour-maternel-xixe-siecle ; artiste : Eugène Carrière

Décès de Guillaume II des Pays-Bas à Tilburg

17/03/1849

Décès du roi Guillaume II des Pays-Bas à Tilburg (ville où résident les parents de Godefroid avec l'une de ses sœurs et sa famille). Durant les deux premiers mois de la révolution belge de 1830, une partie de la presse et des dirigeants révolutionnaires avaient envisagé de lui confier la couronne de Belgique. (Il est à ce moment prince héritier des Pays-Bas). Mais le bombardement d'Anvers par les troupes néerlandaises (faisant 85 morts et des dégâts considérables) provoquera l'indignation de la population des provinces belges. C'est ainsi que le Congrès national belge votera l'exclusion à perpétuité de la maison d'Orange-Nassau du trône de Belgique : « Le nom du Prince d'Orange est à jamais enseveli sous les ruines encore fumantes de la ville d'Anvers. » À propos du décès de Guillaume II, diverses légendes ont circulé et continuent d'alimenter l'imagination populaire des habitants de Tilburg. Voir ill. 2 : article sur la mort du roi, sur le site Internet du club de football Willem II

La famille Camauër à Tilburg

18/03/1849

Au moment du décès de Guillaume II, les parents de Godefroid, âgés de 72 et de 63 ans, résident à Tilburg. Aux environs de 1854, on les trouve domiciliés dans le quartier de Heuvel, en compagnie de leur fille Johanna Cornelia, du mari de celle-ci (Henri van der Voort, qui est juge de paix) et de leurs enfants. Illustration : recensement Tilburg ca 1854-55.

Fin de la construction du Palais Royal de Tilburg

07/04/1849

Vingt-deux jours après le décès de Guillaume II, le palais qu'il était en train de se faire construire à Tilburg, et dont il avait lui-même posé la première pierre en 1847, est terminé. Le roi n'aura donc jamais la possibilité d'en jouir. Aujourd'hui appelé "Paleis-Raadhuis", le bâtiment fait partie de l'Hôtel de Ville. Illustration 1 : Litho door Willem Cornelis Chimaer van Oudendorp (1822-1873) van het Nieuw Koninklijk Paleis te Tilburg in 1849. In de tekening zit overigens een fout. De kunstenaar heeft in de façade van het paleis slechts zes van de eigenlijk acht aan de entree wederzijds belendende reeks ramen getekend. Illustration 2 : le palais aujourd'hui.

"De Profundis" en mémoire de Guillaume II

15/04/1849

Godefroid compose un hymne à quatre voix avec accompagnement de grand orchestre, en mémoire de Guillaume II , roi des Pays-Bas : le "De Profundis" NB/date approximative (année 1849)

Intronisation de Guillaume III des Pays-Bas

12/05/1849

En 1859, Godefroid lui dédiera son "Ouverture Pastorale".

Adriaan Camauër est décoré de la croix du Militaire Willems-Orde [F]

11/12/1849

Ridder 4de klasse. Adriaan est premier Lieutenant d'Infanterie dans l'Armée royale des Indes néerlandaises (Koninklijk Nederlands-Indische Leger - KNIL). Illustration n°3 : Justus Pieter de Veer (1845-1921) - "De uniformen van de Nederlandsche zee- en landmacht, hier te lande en in de koloniën", 1897-1900

Coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte : début du Second Empire en France

02/12/1851  —  02/12/1852

Un an après le coup d'État, Bonaparte restaure l'Empire et devient Empereur des Français sous le nom de Napoléon III.

Mariage d'Adriaan Camauër [F] à Soerabaja (Surabaya)

18/02/1852

Noces d'or des parents de Godefroid

19/12/1852

Création de la Société d'Amateurs

1853

En 1853, Godefroid constitue un choeur d'hommes, la Société d'Amateurs, qui se distinguera rapidement lors de plusieurs concours. Une section d'harmonie viendra bientôt s'y ajouter. La Société d'Amateurs est présidée par Eugène Godin et dirigée par Godefroid. Devise des Amateurs : "Chantons en chœur, vivons en frères, Enfants d'une antique cité, Et glorifions nos bannières, Par l'Art et la Fraternité. Hutois, que rien ne nous divise, Aux Amateurs, paix et gaité ! Amis, chantons notre devise, Hourrah ! Art et Fraternité !"

"Messe de Requiem"

1853

Messe de Requiem pour trois voix d’hommes

Premiers succès de la Société d'Amateurs

01/06/1853  —  1856

La Société d'Amateurs obtient le 2e prix des villes de second rang au Concours de chant choral de Liège, en juin 1853. En 1855, celle-ci remporte un premier prix à Bruxelles ainsi qu'un second prix à Liège. En 1856, c'est le prix des villes de second rang au Concours de Gand qui vient récompenser les efforts de l'ensemble vocal et de son directeur.

"Chœur de Chasseurs"

1854

"Chœur de chasseurs, chœur à quatre voix d’hommes", dédicacé "À S.A.R. Monseigneur le Comte de Flandres, Président d'honneur de la Société d'Amateurs de Huy" NB/date approximative NB/le Comte de Flandres est le père du futur Albert Ier.

Opéra-comique "Grétry à Versailles" puis "Grétry à Fontainebleau"

1856  —  1857

En 1856, Godefroid compose un opéra-comique, "Grétry à Versailles", qui sera représenté à Huy, puis au Théâtre de Liège l'année suivante, sous le titre "Grétry à Fontainebleau". La réception sera positive. Un journal local relate : "les loges, le parterre, tout était comble" et note ensuite : "Mélodies exquises, harmonie savante ; fidèle expression des caractères qu'elles représentent ; franchise et bravoure militaire contrastant avec la peur et les frissons de l'amour ; douce ivresse des amants ; prétention du chantre orgueilleux (...) voilà ce qui a ravi tous les cœurs en charmant les oreilles." (L'Organe de Huy, 27/3/1856, A.E.H.) Le Moniteur des Théâtres, de Bruxelles, ainsi que divers journaux liégeois publieront également des critiques positives de l'opéra. L'idée de citer l'air de 'Zémire', entre autres, est appréciée pour "le contraste de cette musique naïve et simple avec la complication de la musique moderne". (La Meuse, cité dans Le Journal de Huy, 13/1/1857, A.E.H.)

Poème "La Gloire" de Lucien Springuel

27/03/1856

Suite à la représentation de l'opéra-comique "Grétry à Versailles", Lucien Springuel écrit le poème "La Gloire", inspiré par l'air de "L'Invocation à la gloire" dans l'opéra, en hommage à Godefroid Camauër. Le poème sera publié en 1885 dans le recueil "Les Distractions Poétiques d'un Juge de Paix" de Lucien Springuel.

Apogée de la Société d'Amateurs

1857  —  1862

En 1857, la Société obtient le premier prix au concours de Louvain, et en 1860, le prix d'excellence au concours de chant d'ensemble de Liège. À celui d'Aix-la-Chapelle en 1862, la section chant obtient un prix d'honneur, tandis que la section d'harmonie remporte le premier prix.

"Pierre l'Hermite"

1858

"Pierre l’Hermite ou l’départ des Creuhis po l’Terre Sainte, cantate à quatre voix d’hommes", en wallon (paroles de J. Dehin), dédicacé "À Moncheu Châles Godin". Illustration : Le tombeau de Pierre l'Ermite à Huy dans les vestiges de l'Abbaye de Neufmoustier

"Ouverture Pastorale"

1859

"Ouverture Pastorale à grand orchestre, Hommage à Sa Majesté Guillaume III, Roi des Pays-Bas, Prince d'Orange-Nassau, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Limbourg, etc. etc., par son très humble et très fidèle sujet Godefroid Camauër" : cette œuvre est la version orchestrée de l'ouverture de l'opéra-comique 'Grétry à Fontainebleau'.

"À mon enfant, romance pour une voix et piano"

1859

Paroles d'Émile Gachet

"Messe Solennelle"

1860

"Messe Solennelle pour deux sopranes, ténor et basse avec accompagnement d’orgue", dédicace "À Son Altesse Impériale et Royale Me la Duchesse de Brabant" (la future Reine Marie-Henriette)

"L'Égalité - Caprice pour piano"

1860

"L'Amour, c'est le bonheur"

1860

"L'Amour, c'est le bonheur, mélodie pour une voix et piano" (paroles de Lucien Springuel)

"Fantaisie sur La Fille du régiment"

1860

Citée par Le Courrier de Huy comme devant être jouée à la quatrième soirée d'été, musicale et dansante, donnée le 7 juillet 1860 par la Société d'Amateurs ; citée par Le Journal de Huy comme devant être jouée le 30 juillet 1865 dans le jardin de l'île par le corps de musique de la Garde civique de Huy.

Décès de la mère de Godefroid

03/02/1860

À Tilburg, à l'âge de 74 ans.

"Stabat Mater"

04/04/1860

Création du premier "Stabat Mater" à la Collégiale de Huy, le Jeudi Saint 1860. Un deuxième "Stabat Mater" sera composé et joué en 1867.

"Magnificat"

08/04/1860

Le dimanche de Pâques, création du "Magnificat" à la Collégiale de Huy.

"Fantaisie dramatique avec solo de trombone"

10/06/1860

Citée par "Le Courrier de Huy" comme devant être jouée à la troisième soirée d'été de la Société d'Amateurs le 10 juin 1860

Décès de son épouse Émilie

12/02/1861

"Douée des plus exquises qualités de l'esprit et du cœur, d'une admirable douceur de caractère, d'une piété aussi vive qu'éclairée, Madame Camauër s'était conciliée l'estime et la sympathie de tous ceux qui la connaissaient." (Le Courrier de Huy, 17/2/1861) Les obsèques d'Émilie sont célébrées à la Collégiale, et l'office funèbre chanté en plain-chant par la Société d'Amateurs.

"L’âge du bonheur"

01/04/1861

"L’âge du bonheur, mélodie religieuse avec accompagnement de clavier", dédicace "Aux Pensionnats de Jeunes Demoiselles" (paroles de A. Cocq) NB/date approximative (année 1861)

Décès de Philippe Lambersij à Ostende [GOM]

23/10/1861

Décès à presque 94 ans du grand-oncle de Godefroid : Philippus Franciscus Lambersij (frère de son grand-père Cornelis, lui-même décédé en 1812), lui aussi charpentier. On trouve la mention de "scheepstimmerman" sur un autre acte, idem pour un autre frère de Cornelis. Donc, les frères Lambersij étaient probablement des charpentiers qui construisaient des bateaux. Illustration : From Charles Knight's Pictorial Gallery of Arts, England, 1858. Shipbuilding illustrated. William Barclay Parsons Collection - New York Public Library Archives

Remariage de Godefroid, avec Pélagie Préalle

22/04/1862

Décès de son beau-père Florent de Francquen

15/02/1863

Le père d'Émilie décède à l'âge de 73 ans. L'acte d'état-civil nous montre que c'est Godefroid qui a déclaré le décès (et il est qualifié de "gendre du défunt"), ce qui laisse penser que son deuxième mariage ne l'a pas empêché de rester proche de la famille d'Émilie.

Naissance de sa fille Emma

09/03/1863

Emma Ferdinande Jeanne Émilie. Illustration : https://www.liseantunessimoes.com/allaiter-au-debut-du-xixeme

Mariage d'Henri François Camauër à Madoera (Madura, Surabaya) [F]

24/07/1863

Directeur de musique de la Garde Civique

1864

Ses talents de directeur, Camauër les consacre également à la Garde Civique de Huy, dont il est le Chef du Corps de musique, et avec laquelle il se produit à plusieurs reprises au profit d'associations caritatives.

"L’Hymne de la Nuit"

1864

"L’Hymne de la nuit, chœur à quatre voix d’hommes", dédicace "À Monsieur Joseph Lebeau, Membre de la Chambre des Représentants Belges" (sur une poésie de Lamartine)

Naissance de son fils Gustave

30/07/1864

Décès du père de Godefroid

26/12/1864

À Tilburg, à l'âge de 88 ans.

Décès accidentel de son fils Armand

02/05/1865

Armand, alors étudiant en droit, décède accidentellement à l'âge de 19 ans. Illustration : l'Université de Liège en 1869

"Salut au Prince Royal", à l'occasion des Fêtes Septennales de Huy

14/08/1865

À l'occasion des Fêtes Septennales en 1865, le Duc de Brabant (futur Léopold II) se rend à Huy le 14 août. Pour la circonstance, Godefroid compose une cantate, le "Salut au Prince Royal". Devenu roi, Léopold II ne l'oubliera pas : en 1866, il offrira au compositeur une épingle montée en diamant, en souvenir de ce bel accueil. La même année, Godefroid participe au jury d'un concours de chant à Malines.

Décès de Léopold Ier

10/12/1865

Le premier Roi des Belges meurt à l'âge de 74 ans. Six jours plus tard, ses funérailles sont célébrées avec beaucoup de solennité.

Prestation de serment de Léopold II

17/12/1865

Le lendemain des funérailles, le nouveau roi prête serment : c'est le début du règne de Léopold II. Illustration : http://www.histoire-illustree.be/p/dynastie2.html

Naissance de son fils Armand

22/02/1866

Exposition Universelle de Paris

11/08/1867

En 1867, la Société d'Amateurs s'inscrit au Grand Concours International de chant d'ensemble et d'harmonie organisé dans le cadre de l'Exposition Universelle de Paris.

Double victoire de la Société d'Amateurs à l'Exposition Universelle

12/08/1867  —  13/08/1867

Le 12 août, la section d'harmonie et son directeur se voient attribuer le premier prix de la division supérieure. Le 13, c'est au tour de la section chorale de décrocher, par acclamation et sans délibération du jury, le prix d'excellence entre les sociétés étrangères, et ensuite le grand prix d'honneur de tout le concours. Illustration : Gravure d'Édouard Renard et Henri Valentin, parue dans L'Illustration, 27 mars 1847 © Palazzetto Bru Zane / fonds Leduc

Triomphe parisien

14/08/1867

Le lendemain, la Société d'Amateurs exécute au Cirque des Champs-Élysées les deux chœurs qui lui ont valu la victoire, en présence de l'Impératrice Eugénie, qui félicite personnellement Godefroid Camauër et Eugène Godin. Une médaille d'or est également offerte par l'Empereur des Français.

Accueil triomphal à Huy

15/08/1867

Le retour à Huy est triomphal : fleurs, banderolles et une foule nombreuse attendent les choristes à la descente du train. Une réception à l'Hôtel de Ville ainsi qu'un banquet avec feux d'artifice viendront célébrer la performance des Amateurs. Illustration 1 : "Moment solennel de tous les concours d'orphéons : le défilé d'ouverture, ici à Étampes en 1873" ; illustration 2 : Huy, ancienne gare

Chevalier de l'Ordre de Léopold

1868

La victoire au concours à Paris vaudra à Godefroid Camauër de recevoir des mains du roi, en janvier 1868, les insignes de Chevalier de l'Ordre de Léopold. À la suite de ce succès, les Amateurs seront invités à se produire dans différentes salles à travers le pays. Au Casino de Namur, par exemple, concert à propos duquel la critique souligne "la justesse des sons, la belle sonorité des timbres, le style, la grande délicatesse des nuances". (L'Organe de Namur, cité dans La Gazette de Huy, 7/7/1869, B.R.A.)

Naissance de sa fille Lévina

17/04/1869

Guerre franco-prussienne et chute du Second Empire français

1870  —  1871

Décès d'Adriaan Camauër [F] à Pasuruan (act. Indonésie)

1870

Une autre source indique le décès d'Adriaan en 1875 à Semarang. Illustration n°1 : De ‘Roomsche kerk’ St. Antonius Padova aan de Jalan Balaikota 1. Illustration n°2 : De ‘Hervormde kerk’GPIB Pniel aan de Jalan Cemara. Les deux illustrations proviennent de l'article de Daan Sleiffer, "Een kazerne in Pasuruan" http://sleiffer.com

Décès de Charles-Auguste de Bériot (Bériot père)

08/04/1870

Compositeur et violoniste belge. Cousin par alliance de Godefroid. Époux de la Malibran et père de Charles-Wilfrid de Bériot.

Proclamation de la Troisième République en France

04/09/1870

Commune de Paris

18/03/1871  —  28/05/1871

La Commune de Paris est une période insurrectionnelle de l'histoire de Paris qui a duré un peu plus de deux mois, du 18 mars 1871 à la « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871. Cette insurrection refuse de reconnaître le gouvernement issu de l'Assemblée nationale, qui vient d'être élue au suffrage universel masculin, et choisit d'ébaucher pour la ville une organisation de type libertaire, basée sur la démocratie directe, qui donnera naissance au communalisme. Durant la Semaine sanglante, les archives de la ville de Paris (et une partie de celles du Département de la Seine) seront entièrement détruites, ce qui rend, de nos jours, les recherches généalogiques très difficiles (même si de grands efforts ont été fournis dans les années qui ont suivi pour reconstituer l'état-civil autant que possible).

Création de la Compagnie des Wagons-Lits - départ de Godefroy fils à Paris

1872

En 1872, la Compagnie des Wagons-Lits est fondée par le Liégeois Georges Nagelmackers, un ami et contemporain du fils aîné de notre compositeur, Godefroy (qui orthographie désormais son prénom avec "y", sans doute pour se différencier de son père). C'est le début d'une grande aventure, dont Godefroy fils, entretemps diplômé en droit, fera partie : il devient rapidement le Secrétaire Général de la Compagnie fondée par son ami, et part s'installer à Paris. S'inspirant du modèle des trains de nuit lancés aux États-Unis par la société du colonel Pullman, avec lequel il s'associe dans les premiers temps, Nagelmackers fait construire les premières voitures-lits et voitures-restaurant d'Europe. Il lancera en 1883 le grand express d'Orient entre Paris et Constantinople, qui deviendra le fameux Orient-Express, ainsique le Rome-Express entre Calais et Rome, via Paris.

Naissance de sa fille Marie

25/02/1872

Marie Pauline Adélaïde. À ne pas confondre avec ma grand-mère, Marie Camauër également, qui est l'arrière-petite-fille de Godefroid (par l'intermédiaire de Jules, issu du premier mariage). Cette Marie-ci est une "demi-grande-tante" de ma grand-mère (une demi-sœur de son grand-père).

"Chœur de fête"

1873

"Chœur de fête en pas redoublé, chœur à quatre voix d’hommes", dédicacé "À Monsieur Eugène Godin, Président de la Société d'Amateurs de Huy". NB/date approximative

"Le Jubilé du Pasteur"

1873

"Le Jubilé du Pasteur, chœur à quatre voix d’hommes", dédicace "À Monsieur Hornay, révérend Curé d'Antheit" (paroles de l'Abbé Bodson) NB/date approximative

"Le Réveil de la cloche"

1873

"Le Réveil de la cloche, chœur à quatre voix d’hommes", dédicace "À Monsieur Devos, directeur de la Société Royale des Chœur de Gand" (paroles de A. Cocq) NB/date approximative

"L’Ange du travailleur. Chœur d’ouvriers"

1873

"L’Ange du travailleur. Chœur d’ouvriers, chœur à quatre voix d’hommes avec bar. solo", (paroles de M. La Garde) NB/date approximative

"La Chanson du page" (mélodie)

1873

Illustration : https://instrumentsmedievaux.org/troubadours-et-trouveres

"Je l'aimais tant" (mélodie)

1873

Illustration : https://fr.dreamstime.com/photos-stock-rose-rose-se-trouve-livre-vieilles-notes-musique-image30318083

"Si j'étais petit oiseau" (romance)

1873

Illustration : © wouter_marck

Décès de Henri François Camauër [F] à Tilburg

18/02/1873

Frère de Godefroid (n°8). Décède à l'âge de 49 ans. Époux de Francina Christina Boudewina Steevensz. Nous voyons qu'il était professeur (Hoofdonderwijzer) à Djokjokarta (= Yogyakarta). Sur un autre document, il est mentionné comme "militaire". Peut-être était-il enseignant au sein de l'armée néerlandaise ? Une coupure de journal indique Tilburg comme son lieu de décès, tandis que les autres sources indiquent Djokjakarta, mais son acte de décès original indique bien Tilburg. Il est donc probablement retourné vivre à Tilburg à la fin de sa vie. Il serait intéressant de chercher quel était le statut exact de Yogyakarta à cette époque, le lien avec la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, etc.

Mariage de Jules Camauër et Laure Grégoire à Tihange (Huy)

11/08/1873

Le troisième fils de Godefroid, Jules, qui est avocat, se marie avec Laure Grégoire, d'une famille de notaires à Tihange (depuis le milieu du XVIIIe siècle et jusqu'à aujourd'hui). Ils iront s'établir à Dinant. Il s'agit donc de mes arrière-arrière-grands-parents. Illustration n°1 : Jules Camauër. Illustrations n°2-3 : acte de mariage Camauër-Grégoire. Illustration n°4 : Laure Grégoire (ép. Camauër) âgée, à l'extrême droite, 2e en partant de la gauche = ma grand-mère Marie Camauër âgée d'environ 2 ans

Naissance de sa petite-fille Émilie

04/07/1874

Premier enfant de Jules Camauër et de Laure Grégoire. Naît à Tihange. Peu après, la famille ira s'installer à Dinant, où les autres enfants naîtront.

Enseignement et composition des "Chants d'École"

1875  —  1884

Les dernières années de sa vie, Godefroid les consacrera principalement à l'enseignement de la musique. S'il quitte son poste de Maître de Chapelle, il conserve en revanche ses postes d'enseignant à l'Athénée, à l'École Normale et à l'École Moyenne, et initie également de très jeunes enfants. C'est à ceux-ci que seront destinées ses dernières compositions : les "Chants d'École". L'Observateur, revue pédagogique hutoise, les publie de 1881 à 1885. Ce sont des chansons enfantines, vocales et/ou instrumentales, pour l'apprentissage de la musique. "Le petit travailleur", "Chacun arrive à son tour", "Le retour des petits oiseaux", "J'étudie ma leçon", "Mon petit chien", "Joli papillon", "Ce que j'aime", "Le bonheur", "Ma tirelire", "Vive l'école", "Gentille hirondelle", "Prière du petit enfant", "Chant des gymnastes", "À l'aventure !", "L'ivrogne", "La science", "Le jour de la récompense", "Chantons la Belgique !", … : plus de cinquante morceaux pédagogiques de Godefroid nous sont parvenus.

Expérience de Zénobe Gramme à Huy

1875

Vers 1875, déjà célèbre pour avoir inventé en 1868 la première dynamo à courant continu, Zénobe Gramme revient à Huy, y réaliser une expérience depuis le toit du fort : il allume une sorte de phare qui projette un faisceau de lumière balayant toute la vallée.

Démission du poste de Maître de Chapelle

1875

Nous ignorons la date exacte à laquelle Godefroid démissionne de son poste de Maître de Chapelle. C'est vraisemblablement pour des motifs d'ordre politique qu'il prend cette décision. D'après La Gazette de Huy, il a quitté la Collégiale "quand l'intolérance ne sut plus comprendre qu'on peut être catholique en religion et libéral en politique." (cité dans L'Observateur, 1/11/1884, p.428-430) Illustration : https://picclick.fr

Décès d'Adriaan August Camauër [F] à Semarang

13/05/1875

Une autre source indique le décès d'Adriaan en 1870 à Pasuruan.

Invention du téléphone

14/02/1876

L’Américain Alexander Graham Bell dépose le brevet de son invention : le téléphone.

Naissance de son petit-fils Adolphe à Dinant

16/06/1876

= MON AGPP ; naît à Dinant

Décès de la belle-soeur de Godefroid à Batavia

28/07/1877

Veuve de son frère Adriaan

Naissance de son petit-fils Fernand

13/01/1878

Fernand décédera à l'âge de 21 ans.

Naissance de sa petite-fille Laure

17/07/1880

Tante Laure décédera en 1977, à l'âge de 96 ans.

Décès de Johanna Cornelia Camauër à Tilbourg [S]

27/02/1881

Soeur n°2 de Godefroid, épouse de Henri van der Voort. Descendance en France : Brunetière. (chercher le lien exact avec Marie Brunetière que nous avons connue, née Gasquet ép. Ferdinand Brunetière)

Décès de la belle-mère de Godefroid (mère d'Émilie)

11/06/1882

Décès de la mère de sa première épouse Émilie, à l'âge de 88 ans.

"Christophe Colomb" à Tilburg, en hommage à Godefroid

1883

"Christophe Colomb, chœur à quatre voix d'hommes et solo de baryton", interprété entre autres par la Liedertafel de Tilburg en août 1883, en hommage au compositeur et en sa présence. Godefroid se rend sur place avec sa famille à cette occasion. Nous n'avons, à ce jour, pas retrouvé la partition de ce chœur. Le concert est ouvert par le "Chœur de fête" et la Liedertafel exécute ensuite "Souvenir des Montagnards" d'après une source, et "Christophe Colomb" d'après une autre. Pour l'anecdote, son fils Gustave partira s'établir au Nouveau Monde, et de nombreux Camauër -ses descendants- vivent aujourd'hui en Argentine.

Mariage d'Emma Camauër avec Félix Renard à Huy

16/06/1884

Emma, première fille de Godefroid et de Pélagie Préalle, épouse le professeur de musique et compositeur hutois Félix Renard. Comme nous le constatons sur l'acte de mariage, Godefroid et Pélagie ne sont pas présents et n'ont pas donné leur consentement au mariage de leur fille avec le musicien. J'en ignore la raison. D'après d'autres sources, Félix Renard connaissait bien son futur beau-père et se serait même produit en concert avec lui.

Décès de Godefroid à Huy

18/10/1884

Godefroid décède le samedi 18 octobre 1884 à 7h du matin, à la suite d'une maladie. Ses funérailles sont célébrées le mardi 21 octobre à 11h à la Collégiale. Les sources évoquent la présence d'environ 2000 personnes à l'office : élèves de l'athénée, de l'école moyenne, de la section normale, la députation de Huy, l'administration communale, la magistrature, le barreau, la famille et de nombreux amis. Les sociétés musicales de la ville suivent le cercueil en exécutant des marches funèbres. Sa croix de l'Ordre de Léopold lui vaut d'être accompagné d'une compagnie de l'armée. De nombreux hommages sont prononcés ce jour-là (par exemple, voir illustration n°3-4). La tombe de Godefroid est toujours présente aujourd'hui, au cimetière de la Buissière à Huy (chemin n°17, parcelle 876).

  • Naissance de Godefroid Camauër à Bergen op Zoom

    31/05/1821

  • Naissance d'Émilie de Francquen à Huy

    10/11/1822

  • Premiers pas musicaux de Godefroid

    1824

  • Naissance de Henri François Joseph Camauër [F]

    06/02/1824

  • Naissance de Paulina Maria Apollonia Camauër [S]

    31/05/1826

  • Naissance de Marguerite Pélagie Préalle à Huy

    10/09/1826

  • Le Lion de Waterloo posé sur son piédestal

    28/10/1826

  • Premières expériences photographiques par Niépce

    1827

  • Premier concert de Godefroid

    1827

  • Révolution de Juillet en France et monarchie constitutionnelle

    27/07/1830  —  29/07/1830

  • La Révolution de Juillet échauffe les esprits en Belgique

    30/07/1830  —  25/08/1830

  • Représentation de l'opéra "La Muette de Portici"

    25/08/1830

  • Révolution belge

    26/08/1830  —  1831

  • Création du Royaume de Belgique

    1831

  • Décès de Johanna Catharina Quenhorst [GMM]

    23/06/1831

  • Prestation de serment de Léopold Ier, Roi des Belges

    21/07/1831

  • Campagne des Dix-Jours

    02/08/1831  —  12/08/1831

  • Mariage de Léopold Ier avec Louise-Marie d'Orléans

    09/08/1832

  • Siège d'Anvers

    15/11/1832  —  23/12/1832

  • Naissance du mouvement des "Orphéons"

    1833

  • Naissance de Charles-Wilfrid de Bériot à Paris

    12/02/1833

  • Décès de Léonard Camauër [F] à Bergen op Zoom

    10/05/1834

  • Chemins de fer : inauguration de la ligne Bruxelles-Malines

    05/05/1835

  • Décès de "la Malibran"

    23/09/1836

  • Déménagement de la famille Camauër à Tilbourg

    16/05/1837

  • Décès de Josepha Christina Camauër à Tilbourg [S]

    11/10/1837

  • Invention du daguerréotype

    19/08/1839

  • Chemins de fer : inauguration de la première ligne néerlandaise

    20/09/1839

  • Le jeune Godefroid quitte sa famille pour aller étudier à Liège

    25/09/1839

  • Entrée au Conservatoire de Liège

    01/10/1839

  • Premières compositions de Godefroid

    01/12/1839

  • Nomination au poste de Maître de Chapelle à la Collégiale de Huy

    1840

  • Adriaan Camauër embarque pour les Indes néerlandaises [F]

    02/09/1840

  • Abdication de Guillaume Ier des Pays-Bas

    07/10/1840

  • Intronisation de Guillaume II des Pays-Bas

    28/11/1840

  • Adriaan Camauër arrive à Batavia [F]

    20/03/1841

  • Chemins de fer : Bruxelles-Mons

    19/12/1841

  • Chemins de fer : la Belgique devient un carrefour international

    1843

  • Mariage de Godefroid avec Émilie de Francquen

    06/05/1844

  • Naissance de son fils Godefroid

    01/04/1845

  • Chemins de fer : première liaison Paris-Bruxelles

    14/06/1846  —  15/06/1846

  • Naissance de son fils Armand

    31/12/1846

  • Zénobe Gramme à Huy

    1848

  • Troisième révolution française : proclamation de la Deuxième République

    22/02/1848  —  25/02/1848

  • Louis-Napoléon Bonaparte premier Président de la République

    20/12/1848

  • Naissance de son fils Jules

    08/03/1849

  • Décès de Guillaume II des Pays-Bas à Tilburg

    17/03/1849

  • La famille Camauër à Tilburg

    18/03/1849

  • Fin de la construction du Palais Royal de Tilburg

    07/04/1849

  • "De Profundis" en mémoire de Guillaume II

    15/04/1849

  • Intronisation de Guillaume III des Pays-Bas

    12/05/1849

  • Adriaan Camauër est décoré de la croix du Militaire Willems-Orde [F]

    11/12/1849

  • Coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte : début du Second Empire en France

    02/12/1851  —  02/12/1852

  • Mariage d'Adriaan Camauër [F] à Soerabaja (Surabaya)

    18/02/1852

  • Noces d'or des parents de Godefroid

    19/12/1852

  • Création de la Société d'Amateurs

    1853

  • "Messe de Requiem"

    1853

  • Premiers succès de la Société d'Amateurs

    01/06/1853  —  1856

  • "Chœur de Chasseurs"

    1854

  • Opéra-comique "Grétry à Versailles" puis "Grétry à Fontainebleau"

    1856  —  1857

  • Poème "La Gloire" de Lucien Springuel

    27/03/1856

  • Apogée de la Société d'Amateurs

    1857  —  1862

  • "Pierre l'Hermite"

    1858

  • "Ouverture Pastorale"

    1859

  • "À mon enfant, romance pour une voix et piano"

    1859

  • "Messe Solennelle"

    1860

  • "L'Égalité - Caprice pour piano"

    1860

  • "L'Amour, c'est le bonheur"

    1860

  • "Fantaisie sur La Fille du régiment"

    1860

  • Décès de la mère de Godefroid

    03/02/1860

  • "Stabat Mater"

    04/04/1860

  • "Magnificat"

    08/04/1860

  • "Fantaisie dramatique avec solo de trombone"

    10/06/1860

  • Décès de son épouse Émilie

    12/02/1861

  • "L’âge du bonheur"

    01/04/1861

  • Décès de Philippe Lambersij à Ostende [GOM]

    23/10/1861

  • Remariage de Godefroid, avec Pélagie Préalle

    22/04/1862

  • Décès de son beau-père Florent de Francquen

    15/02/1863

  • Naissance de sa fille Emma

    09/03/1863

  • Mariage d'Henri François Camauër à Madoera (Madura, Surabaya) [F]

    24/07/1863

  • Directeur de musique de la Garde Civique

    1864

  • "L’Hymne de la Nuit"

    1864

  • Naissance de son fils Gustave

    30/07/1864

  • Décès du père de Godefroid

    26/12/1864

  • Décès accidentel de son fils Armand

    02/05/1865

  • "Salut au Prince Royal", à l'occasion des Fêtes Septennales de Huy

    14/08/1865

  • Décès de Léopold Ier

    10/12/1865

  • Prestation de serment de Léopold II

    17/12/1865

  • Naissance de son fils Armand

    22/02/1866

  • Exposition Universelle de Paris

    11/08/1867

  • Double victoire de la Société d'Amateurs à l'Exposition Universelle

    12/08/1867  —  13/08/1867

  • Triomphe parisien

    14/08/1867

  • Accueil triomphal à Huy

    15/08/1867

  • Chevalier de l'Ordre de Léopold

    1868

  • Naissance de sa fille Lévina

    17/04/1869

  • Guerre franco-prussienne et chute du Second Empire français

    1870  —  1871

  • Décès d'Adriaan Camauër [F] à Pasuruan (act. Indonésie)

    1870

  • Décès de Charles-Auguste de Bériot (Bériot père)

    08/04/1870

  • Proclamation de la Troisième République en France

    04/09/1870

  • Commune de Paris

    18/03/1871  —  28/05/1871

  • Création de la Compagnie des Wagons-Lits - départ de Godefroy fils à Paris

    1872

  • Naissance de sa fille Marie

    25/02/1872

  • "Chœur de fête"

    1873

  • "Le Jubilé du Pasteur"

    1873

  • "Le Réveil de la cloche"

    1873

  • "L’Ange du travailleur. Chœur d’ouvriers"

    1873

  • "La Chanson du page" (mélodie)

    1873

  • "Je l'aimais tant" (mélodie)

    1873

  • "Si j'étais petit oiseau" (romance)

    1873

  • Décès de Henri François Camauër [F] à Tilburg

    18/02/1873

  • Mariage de Jules Camauër et Laure Grégoire à Tihange (Huy)

    11/08/1873

  • Naissance de sa petite-fille Émilie

    04/07/1874

  • Enseignement et composition des "Chants d'École"

    1875  —  1884

  • Expérience de Zénobe Gramme à Huy

    1875

  • Démission du poste de Maître de Chapelle

    1875

  • Décès d'Adriaan August Camauër [F] à Semarang

    13/05/1875

  • Invention du téléphone

    14/02/1876

  • Naissance de son petit-fils Adolphe à Dinant

    16/06/1876

  • Décès de la belle-soeur de Godefroid à Batavia

    28/07/1877

  • Naissance de son petit-fils Fernand

    13/01/1878

  • Naissance de sa petite-fille Laure

    17/07/1880

  • Décès de Johanna Cornelia Camauër à Tilbourg [S]

    27/02/1881

  • Décès de la belle-mère de Godefroid (mère d'Émilie)

    11/06/1882

  • "Christophe Colomb" à Tilburg, en hommage à Godefroid

    1883

  • Mariage d'Emma Camauër avec Félix Renard à Huy

    16/06/1884

  • Décès de Godefroid à Huy

    18/10/1884